Test / Review – Downwell

Un petit rogue-lite qui a tout d'un grand

 

L’équipe derrière le titre indépendant Spelunky vient de sortir sa dernière production. Édité par Devolver Digital, Downwell s’inspire des rogue-like 2D de l’ère de la GameBoy. 

Downwell est un jeu de plate-forme au concept simple et atypique. Il consiste à devoir survivre le plus longtemps possible au cours d’une chute sans fin dans un puits. Les bottes-pistolets dont le personnage est équipé sont d’autant plus utiles pour en maîtriser la chute. Cette arme originale est d’autant plus utile pour venir à bouts des monstres peuplant ce puits infini. D’ailleurs, il est également possible de les vaincre en sautant sur la tête de certains types d’ennemis. Un classique pour un jeu de plate-forme rétro.

Avec un gameplay des plus simples, Downwell possède également des mécaniques très rogue-like. Il faut comprendre par là que lors de chaque nouvelle partie, les différents étages du puits sont générés de manière aléatoire. Le jeu n’a donc techniquement pas de fin, même s’il existe tout de même un fil conducteur sous la forme d’une barre d’expérience. Ces points d’expérience sont récoltés selon les exploits effectués pendant le jeu. Lors de chaque niveau, cela débloquera du nouveau contenu afin de pouvoir aller de plus en plus loin.

ADVERTISING

Le titre de Devolver Digital exploite une formule très classique et cette décision s’étend même jusqu’au style graphique du jeu. C’est ainsi que Downwell reprend un style graphique tout en pixel art et arbore des graphismes très minimalistes et très rétro. Ce style 8-bit s’avère être, de base, très austère. Il ne s’agit, dans un premier temps, que de pixels blancs et rouges sur fond noir. Ce choix s’avère être finalement assez ingénieux, puisqu’il permet d’identifier la dangerosité des ennemis rencontrés.

Au bout de plusieurs parties, il devient possible de pouvoir débloquer et sélectionner de nouveaux styles de couleurs. Il est donc possible de faire son choix parmi plusieurs une palette assez variée de styles différents. Chaque style arbore des couleurs diverses et variées en étant même parfois inspirées de consoles d’antan. Il est par exemple possible de retrouver un style inspiré du Virtual Boy de Nintendo. Malgré tout, le style initial, pourtant très austère s’avère être le plus adapté à l’expérience que réserve Downwell.

Le sound design a également bénéficié d’une attention toute particulière. Puisque les sons de Downwell permettent de pouvoir facilement situer la situation de notre chargeur. Assimilable à une jauge d’énergie, elle est définie par le type d’arme de nos bottes-pistolets. Étant notre moyen de défense de prédilection, il est primordial de savoir s’il nous reste encore des munitions. Cette décision de conception est donc très avisée. D’un autre côté, la bande-son est très fidèle à ce que l’on pourrait attendre d’un jeu rétro. Elle colle parfaitement au titre de Devolver et permet de retrouver des ambiances dignes de consoles vintage.

 

Conclusion

Volontairement simpliste, tant dans son gameplay que de sa réalisation graphique, Downwell est une véritable bouffée d’air frais sur Switch. Avec ses mécanismes de jeu old-school, le titre de Devolver Digital rend brillamment hommage à la console qui l’a inspiré : le Gameboy. Contrairement aux autres rogue-like, il n’est pas trop frustrant ni trop pénible de devoir reprendre systématiquement sa descente depuis le début. Le jeu possède une bonne durée de vie puisqu’il n’est pas si aisé de pouvoir arriver jusqu’aux dernières strates de ce puits infernal. Cela exigera d’ailleurs une certaine agilité doublée d’une bonne dose de patience. Compte tenu du prix minuscule demandé, qui tourne autour des 3€, Downwell saura satisfaire les plus audacieux qui voudront se lancer dans cette chute sans fin.

LES + :

LES - :


Écrit par : Night et publié le : 18/02/2019 15:12

Test - Review Test - Review