Test / Review – Wargroove

Quand Advance Wars rencontre Fire Emblem

 

Le genre des jeux tactiques se fait plutôt rare et Chucklefish veut faire honneur à tout un genre rendu très populaire notamment grâce à une, si ce n’est plusieurs, séries de chez Nintendo. 

Il faut dire que dans le genre des jeux tactiques, l’un des rares acteurs dans le domaine reste le studio Intelligent System. Sauf que celui-ci est maintenant principalement occupé avec la série des Fire Emblem. Le studio a donc tristement laissé sur le bord de la route la série des Advance Wars, popularisée à l’époque de la Gameboy Advance.

Chucklefish a donc produit un jeu en hommage à cette grande saga, qui s’inspire d’ailleurs, à sa manière, des deux séries, en délaissant la composante RPG. Le jeu est donc dans la plus pure tradition du jeu tactique au tour par tour sur une carte divisée en cases avec des affrontements d’unités terrestres, navales ou aériennes. L’environnement a, tout comme les jeux Wars, son importance avec notamment un impact selon la météo. Le but de chaque niveau étant de l’emporter sur son adversaire en éliminant soit le général adverse, soit en détruisant son QG lorsque cela est possible, tout en protégeant son propre héros.

ADVERTISING

Bien sûr, Wargroove possède ses propres subtilités puisque chaque héros possède un pouvoir qui lui est propre. Ce pouvoir est utilisable lorsque la jauge de Groove est pleine. Celle-ci se remplit peu à peu à chaque tour et il est possible d’accélérer cela en affrontant des unités ennemies. Utilisé au bon moment ce pouvoir peut véritablement faire la différence et il est donc important d’apprendre les spécificités de chaque héros. Les concepteurs du titre ont d’ailleurs pensé à tout, puisqu’un Codex très complet a été intégré. Il est donc possible à tout moment d’obtenir de nombreuses informations sur chaque unité, ou même sur n’importe quel élément du jeu.

Les créateurs de Wargroove ont voulu se la jouer rétro en conservant une jolie patte graphique toute en pixel-art, soulignée par une musique tout aussi appréciable. Le design s’écarte du style d’Advance Wars propre à la Game Boy Advance et Chucklefish a su donner une identité propre à sa dernière production. Sa réalisation est du plus bel effet et les animations sont vraiment très appréciables à regarder. L’ambiance est bon-enfant puisque le titre est teinté d’humour. Cela est notamment amplifié par l’ambiance sonore et la musique qui s’éloigne du rétro en étant entièrement orchestrale. Les thèmes sont marquant et contribuent à la dimension épique du jeu.

Cependant, le titre s’avère être assez mou avec notamment un manque de rythme qui se ressent dès les premiers instants. On aura si tôt fait de désactiver ces jolies animations de combat et l’on regrette donc ce manque de fluidité.

Les premiers combats prennent un peu trop le joueur par la main et fort heureusement, cela s’améliore au fur et à mesure. Mais forcément, on retrouve un rythme avec une difficulté un peu en dent de scie qui ne sera pas toujours très simple et qui nécessitera de recommencer plusieurs fois chaque niveau. Malgré tout, Chucklefish a voulu rendre son titre accessible ce qui est possible grâce à plusieurs options.

Avec Wargroove, le joueur en aura pour son argent puisqu’il est possible de retrouver plusieurs modes de jeux en dehors de l’histoire principale. Il faut donc s’attendre à plus de 50 heures de jeux, sans même parler des possibilités de jeu en ligne. En parlant de multijoueur, on apprécie grandement les possibilités de jeux cross-plateforme et asynchrone que Chucklefish a voulu proposer. Il est ainsi possible aux joueurs des versions Steam, Xbox One et Switch de s’affronter entre eux. Cela vaut également pour le mode d’éditeur de carte, puisqu’il est possible de très facilement en créer et de partager ses créations avec aisance.

 

Conclusion

Wargroove est un de ces jeux comme il en sort peu, dans un genre où les sorties sont devenues plutôt rares. Chucklefish a donc sauté sur l’occasion en sortant un titre dans la veine d’un Advance Wars. Cette nouvelle production indé en reprend tous les codes en proposant malgré tout quelques spécificités très agréables qui pimentent l’expérience. On apprécie son scénario original ainsi que ses modes de jeux supplémentaires, qui garantiront plus de 50 heures de jeu, avec en plus un mode de création de cartes, qu’il est possible de facilement partager. Il est d’ailleurs tout autant possible de jouer avec n’importe quelle autre personne grâce à ses possibilités de cross-plateforme comme on en voit que trop peu entre les joueurs Steam, Xbox One et Switch. Wargroove n’est pas un titre des plus faciles, et il faudra s’armer de patience et faire preuve d’audace notamment lors des missions solo. On lui regrettera un certain manque de rythme, en particulier lors du début de l’histoire et surtout, sa difficulté en dent de scie.

LES + :

LES - :


Écrit par : Night et publié le : 01/04/2019 15:15

Test - Review Test - Review